L'entourage du couple

couple et entourage
Les couples et leurs belles-familles : quelques règles à s’imposer
1. Fixer les limites. Il revient à chacun des conjoints de poser des limites à sa propre famille sur son foyer, non pas forcément pour contenter son épouse ou son époux, mais parce que cela y va de sa capacité à s’affirmer socialement, c’est-à-dire sa maturité. Nos parents, nos sœurs ou nos frères ne peuvent tout dire ou tout faire à notre conjoint, en particulier à l’intérieur même de son foyer. Il revient à chacun de le leur rappeler, respectueusement, mais fermement. Si nos familles gèrent nos foyers posons-nous la question du sens que nous donnons au mariage et celle de notre maturité. Sommes-nous adultes ? Les décisions du foyer, même si elles n'écartent pas totalement les conseils de la famille, doivent rester souveraines et se prendre sur la base d'un dialogue entre les époux, à deux : le ménage, les enfants, etc. Si nous ne nous détachons pas du foyer de nos parents alors nous pouvons être mariés, mais sans foyer, sa famille !
2. Laisser les relations se construire d'elles-mêmes, en évitant le moins possible de forcer. Beaucoup de couples âgés peuvent vous dire que les équilibres finissent par se trouver d'eux-mêmes avec le temps. Les relations humaines ont besoin de temps pour se faire et trouver leur équilibre ; ne forcez pas votre conjoint à une relation particulière, laissez celle-ci se faire avec le temps ; vous ne pouvez pas imposer à votre conjoint d'aimer une sœur ou une cousine en particulier parce-que vous vous entendez très bien avec elle ; c’est une attente irréaliste d’un point de vue psychologique car les relations humaines ne se font pas par un claquement de doigts. Si vous avez par exemple 25 ans, c'est qu'il a fallu 25 ans pour parvenir au niveau actuel de votre relation avec vos parents ou votre tante ou grande sœur. Vous ne pouvez donc pas demander à votre conjoint (ou fiancé) d'atteindre un niveau quasi identique de relation en quelques mois ou en un ou deux ans. Prôner le respect mutuel et pour le reste soyez patients.
3. L’intimité du couple : le mépris que notre conjoint peut subir dans notre famille vient d’une mauvaise habitude que nous même avons prise au départ, dès les fiançailles : porter tous nos problèmes à nos proches, tout en présentant notre conjoint comme une mauvaise épouse ou un mauvais époux. Il faut absolument éviter de dénigrer son conjoint dans sa famille en se plaignant de lui ou d'elle, sauf dans des cas spécifiques comme les violences répétitives ou d’autres déviances avérées.
4. Mais, la véritable pomme de discorde est souvent l’argent. Dès les fiançailles, mettre sur la table (dialogue) le sujet des familles pour se fixer des règles, surtout en ce qui concerne les apports matériels et financiers. En dehors de l'aide aux parents âgés qui est un devoir pour un enfant, en particulier pour leur santé, les futurs époux devraient s'entendre sur : qui prendrons-nous en charge et sur quoi ? Par exemple, on ne peut pas mettre sur le même plan, une aide pour les études de son petit frère et le paiement du loyer de son aîné qui est adulte. De même, le droit naturel exige des époux un devoir prioritaire envers leurs enfants. Évitez des interventions superflues dans le but principal de vous valoriser dans la famille.
 
Ecole des fiancés 20 novembre 2021

Mariage, Entourage, Belles-familles

  • Affichages : 351