LE FOYER A L’ÉPREUVE DU TEMPS

couple et tempsNous avons tenu Samedi notre dernière Recollection pour l'Année 2021 sur le thème Le foyer à l’épreuve du temps.

Le cas pratique (scène conjugale) de Christian et de Gisèle nous a permis de revenir sur l’ensemble des problèmes liés à la vie de couple et que nous avons parcourus tout au long de l'année : la relation affective des conjoints , les enfants, le conflit entre la vie professionnelle et la vie familiale, la communication dans le couple, la sexualité, l’entourage (les belles-familles), la foi.

1. Nous avons insisté sur la qualité de la relation de couple qui, après le mariage et la phase fusionnelle des fiançailles, court toujours le risque de la routine, des interférences de l’entourage dont les familles et la vie professionnelle. Pour tenir dans la durée, les vertus du foyer suivantes sont indispensables : *le respect mutuel* (dans le langage par exemple), *la valorisation constante* plutôt que le dénigrement, *l’écoute mutuelle* condition d’une bonne communication entre les conjoints, *l’attention mutuelle* qui se manifeste par le langage de l’amour que chacun comprend (cadeaux, paroles valorisantes, services rendus, etc.).

*Nous insistons à ce sujet sur la présence dans le foyer.* Elle fait défaut dans nos couples aujourd'hui. On invoque le travail, les engagements familiaux, les amis pour être toujours absents du foyer. Or comment exprimer l'affection et éduquer les enfants si on n'est pas présents?


Nous avons vu que *l’amour se construit.* Il est différent du sentiment amoureux qui ne repose en général que sur l’attrait des qualités de l’autre (intellectuelles, physiques,…). L’amour conjugal peut être considéré comme mature quand on devient *capable d’accueillir le conjoint avec ses qualités, mais aussi avec ses défauts et ce qui nous différencie.*

2. Sur la sexualité, nous avons vu que la disposition physique et psychologique à l’acte sexuel varie entre l’homme et la femme. Chez la femme en général, la sexualité, dans ses différentes expressions (gestes de tendresse, acte conjugal), est plus étroitement liée à la qualité de sa relation affective, ce qui est moins le cas de chez l’homme. L’équilibre que l’on peut proposer est d’inviter l’homme à prendre en compte le fait que pour la femme, la sexualité est le prolongement de l’élan affectif, qu’il manifeste par des gestes de tendresse et d’attention. Cependant, il convient aussi d’inviter l’épouse à ne pas prendre le mari en otage de sa seule disposition émotionnelle à se donner.

Nous avons rappelé que *l’infidélité détruit durablement un couple* et que les conjoints, aujourd’hui puisque hier, devront lutter l’éviter. Pour cela il faut :
- Choisir les amis qui partagent la perspective de fidélité ;
- Éviter l'oisiveté ou savoir s'occuper tant dans sa vie professionnelle que dans le foyer.
- Garder une certaine distance avec les collègues et amis de sexe opposé ; éviter des rapprochements affectifs avec des échanges trop personnels et osés. *L'infidélité est souvent le résultat (glissement) d'une familiarité poussée à l'excès avec une femme ou un homme*. Ne pas hésiter à effacer de son répertoire WhatsApp des relations à risque !
- La foi, sera nécessaire si on fait de la fidélité un sujet de prière personnelle.
*Une relation blessée par l'infidélité n'est plus jamais la même.* Un conjoint blessé par l'infidélité ne vous regarde plus de la même façon : au-delà de sa souffrance personnelle, il installe un mépris sourd contre l'autre.

3- Nous avons terminé avec l’exposé qui portait sur les étapes de la vie conjugale : la phase de fusion ou la phase d’enchantement, la phase de différenciation ou de désenchantement, la phase d’exploration, la phase des liens durables. Comme l’être humain qui passe de l’enfant à l'adulte, la relation de couple est appelée à murir

Mariage, Vie familiale, Maturation

  • Affichages : 518