Les détails, les mots

199417074 1200895250348597 2016867838778184270 nNotre société, nous le constatons hélas, est de plus en plus conflictuelle. Mais si nous regardions attentivement les conflits interpersonnels, entre collègues, entre époux, en famille, nous verrions qu’ils se jouent sur les mots, sur des choses ordinaires, des négligences, des manques d’attention, ce que l’on appellera des détails, des petites choses en soi, mais qui touchent pourtant profondément.

Le conjoint qui ne se souvient pas de l’anniversaire de l’autre, ce n’est pas un détail, ce n’est pas rien ! Quelqu’un qui entre dans une pièce avec des chaussures pleines de boue ne mesure pas que ce n’est pas un détail. Celui qui doit nettoyer ne va pas réagir sur la boue, mais sur le mépris de sa peine, et incidemment de sa personne ! Lancer des paroles aux autres sans en mesurer l’impact, ce n’est pas des détails. Notre société banalise le verbe, quand nos anciens, eux, enseignaient le poids des mots. Aujourd’hui tout peut se dire ; la surprise, c’est que l’autre en soit blessé. Or, il vaut mieux se taire que blesser.

La peine que nous infligeons aux autres est dans les détails. La violence de notre époque est aussi celle des mots, de l'oublie, voire du mépris que nous avons de ce que les autres peuvent éprouver du fait de nos paroles et de nos actes. Combien de fois entend-on dire « Il y a quoi ? », à la place des excuses.

La vie conjugale apparaît comme un bel espace pour mortifier notre verbe, pour être attentifs aux « détails » qui blessent. Nous sommes appelés sans cesse à un « Carême des mots et des détails ». C'est ainsi que nous pouvons apaiser les coeurs et bâtir des foyers, des familles et des communautés apaisés.

Violence, Dialogue

  • Affichages : 2069