LE FOYER A L’ÉPREUVE DU TEMPS

couple et tempsNous avons tenu Samedi notre dernière Recollection pour l'Année 2021 sur le thème Le foyer à l’épreuve du temps.

Le cas pratique (scène conjugale) de Christian et de Gisèle nous a permis de revenir sur l’ensemble des problèmes liés à la vie de couple et que nous avons parcourus tout au long de l'année : la relation affective des conjoints , les enfants, le conflit entre la vie professionnelle et la vie familiale, la communication dans le couple, la sexualité, l’entourage (les belles-familles), la foi.

1. Nous avons insisté sur la qualité de la relation de couple qui, après le mariage et la phase fusionnelle des fiançailles, court toujours le risque de la routine, des interférences de l’entourage dont les familles et la vie professionnelle. Pour tenir dans la durée, les vertus du foyer suivantes sont indispensables : *le respect mutuel* (dans le langage par exemple), *la valorisation constante* plutôt que le dénigrement, *l’écoute mutuelle* condition d’une bonne communication entre les conjoints, *l’attention mutuelle* qui se manifeste par le langage de l’amour que chacun comprend (cadeaux, paroles valorisantes, services rendus, etc.).

*Nous insistons à ce sujet sur la présence dans le foyer.* Elle fait défaut dans nos couples aujourd'hui. On invoque le travail, les engagements familiaux, les amis pour être toujours absents du foyer. Or comment exprimer l'affection et éduquer les enfants si on n'est pas présents?

  • Affichages : 103

La maturation de l’amour

nocesdecana3Samedi 19 Décembre 2020, s’est tenue la dernière session de l’année 2020 de la Récollection des fiancés à la Maison Don Bosco montée SNI. Était en discussion, le thème de la « maturation de l’amour : le foyer à l'épreuve du temps » autour d’un cas pratique intitulé : « Je pensais qu'Alain m'offrirait le Ciel ». C’est un sujet intéressant qui nous a permis de revisiter les principaux thèmes de notre programme de formation : la vie professionnelle et la vie familiale, la communication dans le couple, les enfants, la sexualité, les belles-familles, la foi. Nous retenons les points suivants issus de nos échanges.

1. Concilier la vie professionnelle et la vie familiale.

Le travail professionnel est indispensable car il est une condition de l’épanouissement de l’individu (autant l’homme que la femme), et il est aussi une source des moyens de subsistance de la famille (ration alimentaire, santé, scolarité, etc.). Cependant, les conjoints devraient faire attention à ne pas se surinvestir dans la vie professionnelle au détriment du foyer. Ils doivent se rappeler qu’on paye toujours un lourd tribut lorsqu’on a sacrifié sa vie familiale au profit du travail. Sans chercher à opposer le travail à la vie professionnelle, l’on pourrait cependant dire que « le travail passe mais la famille reste ». L’homme est ici interpellé en particulier. La retraite venue, certains hommes qui ont négligé le volet affectif de leur vie familiale (pensant que la seule chose essentielle est la prise en charge matérielle de la famille), cherchent souvent à se rattraper, car ils constatent que les enfants déjà adultes marquent une certaine distance affective envers eux. La tentation est alors d'accuser leurs épouses de "s'accaparer des enfants".

  • Affichages : 262

Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

188663395 1186690141769108 2808161668094953551 nLes divorces sont nombreux et, fait nouveau, de plus en plus précoces. Après 1,2 ou 3 ans de mariage, des époux se retrouvent devant un juge pour « déchirer l’acte ». Qu’est-ce qui n’a pas marché ? La réponse que beaucoup donnent est qu’ils se sont trompés. Dans la majorité des cas pourtant, le problème vient en réalité de la mauvaise conception que l’on se fait de l’amour à notre époque contemporaine. On « s’est trompé ? » : oui, mais sur la conception de l’amour.

Beaucoup pensent en effet que s’aimer, c’est vivre quasiment sans désaccords et sans incompréhensions, dans le même état fusionnel du début ; qu’un mariage fondé sur l’amour n’a pas ses ombres, ses conflits, ses histoires. Et que s’il survenait des désaccords et des conflits, cela signifierait que l’on s’est trompé. Il n' y a plus amour ou bien il n' y a jamais eu amour.
Ceci est totalement erroné. Une relation conjugale, comme toute autre relation humaine, va avec les incompréhensions, les conflits. Avec nos parents, nos frères et sœurs, nos amis, l’harmonie n’est pas parfaite tous les jours. Pourtant, nous ne les renions pas ; nous apprenons à les connaître dans leurs tempéraments et leurs attentes afin de composer avec eux pour maintenir les liens. Pourquoi nous refusons-nous alors d’envisager le mariage comme cette expérience de fraternité qui ne va jamais sans histoires ?

  • Affichages : 170